Masque Or.jpg (6026 octets)HISTOIRE DU THEATRE

        Selon Aristote ( 384-322 avant J.C) dans La Poétique, la tragédie c'est : " l'imitation d'une action sérieuse et complète, elle a une juste grandeur, son langage est agréable... les événements y sont joués par des personnages et non racontés dans un récit ; enfin, elle provoque la pitié et la crainte, par là, elle effectue une véritable purgation des ces deux sortes de sentiments." ( c'est ce qu'on appelle la catharsis)

       arrow32.gif (570 octets) Il faut remonter le temps pour trouver les origines du théâtre, Aristote n'ayant codifié le genre que d'après les tragédies anciennes. Trois noms s'imposent dans la tragédie grecque : ESCHYLE ( 525-456 avt J.C), EURIPIDE ( 480-406 avt J.C), SOPHOCLE ( 496-406 avt J.C), la comédie a retenu ARISTOPHANE ( 445-380 avt J.C). La première tragédie connue est d'Eschyle en 472 : Les Perses ; la dernière est celle d'Euripide en 406, Les Bacchantes.

           arrow32.gif (570 octets) Le terme "tragédie" vient du grec " trogos" qui signifie "bouc" et de "ôdê" qui signifie chant. Le sacrifice du bouc faisait partie du culte que l'on rendait à Dionysos. La tragédie était une des quatre formes du genre dramatique dans la Grèce antique : il y avait le drame satyrique( qui mettait en scène des satyres), le dithyrambe ( chant en l'honneur de Dionysos et par extension poème élogieux), la comédie et la tragédie.

       arrow32.gif (570 octets) le théâtre a une origine religieuse. En l'honneur de Dionysos, dieu de la fertilité, libérateur d'Athènes, étaient données de grandes fêtes à date fixe. On comptait trois dionysies :

        Les champêtres de décembre à janvier ; les Lénéennes, célébrées en janvier et février et les urbaines ou grandes dionysies qui se déroulaient de mars à avril à Athènes. c'est à l'occasion de ces dernières qu'avait lieu un concours de tragédies. Chaque auteur retenu par l'archonte ( chef de la cité) devait présenter une tétralogie composée de trois tragédies et d'un drame satyrique ( les satyres mi-hommes, mi-animaux, sont dans la mythologie grecque des symboles de la vie sauvage, ils forment le cortège de Dionysos), ces quatre pièces étant joueés en une seule et même matinée. Une assemblée de 10 juges ( chaque juge représentait une des dix tribus de l'Attique) proclamait le vainquer à l'issue de la cinquième et dernière journée de ces fêtes. Le vainqueur recevait une couronne de lierre, plante de Dionysos. Sophocle obtint le deuxième prix pour sa représentation d'Oedipe-roi aux Dionysies de 430 avt J.C. les poètes étaient financés par un mécène, le chorège.

        arrow32.gif (570 octets)Le spectacle avait lieu à ciel ouvert dans un théâtre de forme hémicirculaire entouré de gradins.

         theatron1.bmp (1719198 octets)

          arrow32.gif (570 octets)La représentation théâtrale a évolué depuis sa création. En effet, au départ, un seul acteur, le protagoniste, jouait tous les rôles et portait un masque qui imposait une impassibilité au visage de l'acteur. Eschyle fit intervenir un deuxième personnage, le deutéragoniste et Sophocle introduisit un troisième acteur, le tritagoniste. Les rôles des femmes étaient tenus par des hommes. Les acteurs étaient tirés au sort. Pour être le mieux visible possible, l'acteur portait des cothurnes, chaussures à semelles très épaisses. Les choreutes( d'abord 12 puis 15 avec Sophocle) étaient eux aussi masqués et ne pouvaient être que des hommes. L'auteur de la pièce était à la fois metteur en scène et chorégraphe. Le spectacle était gratuit, pauvres et riches y assistaient.

            arrow32.gif (570 octets)Fête civique autant que fête religieuse, le théâtre occupe une place privilégiée dans la culture de la Grèce antique. L'histoire des grandes familles de la mythologie ont trouvé leur place dans les tragédies: Les Labbacides ( Laïos, Jocaste Oedipe...), les Atrides ( Clytemnestre, Agamemnon, Electre, Oreste), les Troyens ( Ulysse, Ajax Achille, Hélène...)  font partie des cycles du théâtre grec. On entend par cycle l'histoire des malheurs d'une famille jusqu'à son extermination. Ainsi, dans le cycle des Atrides, Agamemnon est tué par sa femme et son amant, Egisthe, Clytemnestre et Egisthe sont assassinés par Oreste, lequel est poursuivi par les Erynnies. Il épousa Hermione et fut mordu mortellement par un serpent. De la famille d'Oedipe, le cycle thébain, il n'y aura aucun survivant : il a assassiné son père, sa mère s'est pendue, ses fils se sont entretués, Antigone s'est pendue, lui-même meurt dans la plus grande solitude et dans l'oubli à Colone. Eschyle a mis en scène leur destinée dans Laïos, Oedipe, les sept contre Thèbes ; Euripide dans Les Phéniciennes, et Sophocle dans Oedipe-roi, Antigone et Oedipe à Colone.

    Arrow_Sharp_Right.gif (1070 octets)