LES DIFFERENTS PERSONNAGES

PLAN

Tristan

Yseut

Marc

Les opposants

Les adjuvants

Attache.gif (202 octets) TRISTAN

Le texte de Béroul n'accorde quasi pas de place à la vaillance héroïque de Tristan ( légende) Au contraire, c'est un personnage qui est contraint de subir la haine jalouse des barons et ses qualités de preux chevaliers lui sont une arme inefficace pour lutter contre la félonie, d'autant que jamais aucun de ces trois barons n'acceptera d'affronter Tristan en combat singulier.

C'est l'amant qui évolue tout au long du texte de Béroul, tous ses faits et gestes, toutes ses pensées sont gouvernés par sa passion pour Yseut.

C'est parce qu'il ne peut résister à l'attrait d'Yseut qu'il est pris en flagrant délit. Pour l'amour d'Yseut il mène une vie de hors la loi dans la forêt du Morrois. Il fait valoir son génie inventif ( il construit l'arc infaillible), ses qualités de chasseur et de dresseur ( il apprend à Husdent à chasser à la muette). Infatigable, il fait et défait chaque jour leur abri de feuillages.

Pour défendre la vie et lhonneur d'Yseut il se bat contre les lépreux, contre ses ennemis et au cours des tournois organisés la veille du jugement d'Yseut, Tristan retrouve un peu de sa gloire,  il suscite même l'admiration des chevaliers de la Table Ronde qui pensent qu'il s'agit du chevalier féérique "Le noir de Montagne".

Hors la loi, artisan, chasseur, Tristan est un personnage dépossédé de son prestige,de son équipement, de son rôle à la cour, de l'affection de son oncle, de sa propre identité. Sans cesse obligé de se cacher, dans une forêt, dans une cave, Tristan devient la figure emblématique de l'être déchu. La crainte d'être découvert et dénoncé est omniprésente.

Ce n'est que déguisé, en lépreux ou en chevalier inquiétant, c'est-à-dire sous l'apparence d'un autre lui-même, qu'il peut agir pour défendre son bon droit. Tristan est un personnage de l'ombre. Lui-même se renie lorsque cesse l'effet du philtre et amèrement il regrette le chevalier qu'il était et qu'il a trahi : " J'ai oublié la chevalerie, les usages de la cour et la vie des barons..." ( 68) .

Pour autant, Tristan n'est pas un anti-héros. Il réussit, à force de ruses et avec l'aide de Gouvernal et d'Yseut à triompher de ses ennemis . Les barons félons sont d'abord ridiculisés (lors du passage du Mal Pas) puis tués, il regagne la confiance et l'affection de son oncle, jamais il n'a failli à son engagement envers Yseut .

Attache.gif (202 octets) YSEUT

Yseut la blonde est un personnage qui occupe une place privilégiée et qui joue un rôle important dans le texte de Béroul ce qui est novateur dans la littérature du moyen-âge qui jusqu'alors n'accordait qu'une place dérisoire, voire nulle à la gente féminine. ( par exemple, dans la Chanson de Roland, la belle Aude, amoureuse de Roland, n'est citée qu'une seule fois)

La belle Yseut, expression récurrente pour la désigner, est une reine aimée de son époux, adulée par son peuple qui ne craint pas de s'opposer à la condamnation prononcée par leur roi, protégée par le roi Arthur et les chevaliers de la Table Ronde, adorée par Tristan. Hors les barons félons et le nain Frocin, c'est un personnage qui fait l'admiration de tous.

Le roi Arthur fait l'éloge de sa beauté, de sa noblesse et de sa bonté : "Pour l'amour de la noble dame aux cheveux blonds, qui ignore la méchanceté" ( 48), il est prêt à tout. Le roi Marc reconnaît en elle un être d'exception : " Ah reine noble et honorée, en quel pays naîtra une fille de roi de ta valeur ?" ( 39) ; le peuple "se réjoui[t] beaucoup de revoir Yseut et se me[t] en peine pour la servir". Rien n'est trop beau pour lui rendre hommage et l'ermite Ogrin achète à crédit "... brocards, vairs, gris et hermines [pour la] vêtir somptueusement" (80) Dinas "lui apporte un vêtement qui valait cent marcs d'argent, un riche drap de soie tissé d'or" ( 85)

C'est une maîtresse femme qui domine la situation. Habile et rusée, elle use du langage comme d'une arme redoutable . Dans la scène inaugurale, elle manie la rhétorique avec aisance et mène le jeu : le recours à un double langage suffit à convaincre le roi de son innocence. Quand elle manifeste le désir de se justifier, elle argumente avec une rigueur telle que Marc ne peut qu'obéir aux injonctions de son épouse. Le jour du jugement, elle réussit à se disculper sans mentir grâce à une mise en scène qu"elle a habilement orchestrée:

Elle choisit le lieu

Elle dicte à Tristan son rôle

Elle fait venir Arthur et ses chevaliers car elle sait qu'"ils se battront pour [elle] contre les calomnies" (92)

Elle prête serment avec une assuarance telle que personne ne songe à douter de sa loyauté.

Pour éviter toute équivoque, elle explique le sens de ses propos

Elle regrette d'avoir vécu comme une serve et d'avoir failli à ses devoirs de reine mais elle se disculpe en accusant, avec sévérité, Brangien et elle la rend responsable de tous ses maux.

Yseut la blode, Yseut la douce, Yseut la noble, incarne une femme qui use de tous ses pouvoirs pour dominer. En effet, outre ses dons de magicienne et de guérisseuse qui ne sont pas exploités dans le texte de Béroul, elle use de sa beauté, de sa réputation, de son art du discours pour vaincre tous les obstacles. Elle incarne une nouvelle image de la femme au moyen-âge, elle agit et ne subit pas, inventive et rusée, elle prend son destin en main : c'est une véritable héroïne.

Attache.gif (202 octets) MARC

Le roi Marc est un personnage ambigü, tantôt dans le camp des adjuvants, tantôt dans celui des opposants selon l'influence qu'il subit : on peut parler de la dualité du personnage.

Ainsi, condamne-t-il à mort le nain Frocin pour avoir dénoncé à tort Tristan et Yseut et peu de temps après, il suit à nouveau ses conseils. Finalement il le fera décapiter mais pour avoir trahi son secret. ( Le prénom Marc vient du celtique marc'h qui signifie cheval ( racine que l'on retrouve dans maréchal- ferrant : celui qui ferre les chevaux) et le roi aurait des oreilles de cheval suite à une malédiction du nain.) Incapable de discerner ce qui bon et mauvais pour lui, Il refuse les sages conseils du baron Dinas et se laisse guider par les barons félons. De même, lorsqu' Andret lui conseille de reprendre Tristan à sa cour, il "est sur le point d'y consentir" (83) mais les trois barons le lui déconseillent et il déclare : " Je suivrai ce conseil" (84). C'est contre son gré qu'il prend ces décisions et il se lamente d'avoir obéi aux barons.

Personnage influençable, il se fie aux apparences et se laisse duper.Convaincu d'avoir été trompé par le nain, il laisse les amants se voir en toute liberté : " Tristan ... aura la permission de rester dans ma chambre autant qu'il voudra" (27). De la suspicion il passe à la confiance totale : " Plus jamais, il ne croira les Cornouaillais" et " Jamais plus il ne suspectera [Tristan et Yseut] en dépit des médisants" ( 31). La suite du récit nous offre un démenti éloquent.

Personnage indécis, il ne sait jamais quelle décision il faut prendre (ce qui, pour un roi est un défaut capital), comme le précise Périnis au roi Arthur : " Le roi n'a pas une attitude très claire, il balance d''un côté ou de l'autre" ( 96)

Personnage pathétique, il souffre d'avoir éloignéTristan de sa cour et ne souhaite que vivre en paix dans son château entre sa femme et son neveu. Par ailleurs, le roi Marc ignore tout du philtre d'amour et de ce fait, il est victime des circonstances qui se sont retournées contre lui.

Roi impulsif, son pouvoir et son autorité sont contestés. par ses barons qui l'accusent de cautionner l'adultère en gardant Yseut sous son toit, par le peuple qui lui reproche d'avoir condamné au bûcherTristan et Yseut sans aucune forme de procès, par le roi Arthur et les chevaliers de la Table ronde qui estiment qu'il est le jouet des barons. Le jour du jugement d'Yseut, c'est davantage la présence d'Arthur et de ses chevaliers que la sienne qui garantit la probité d'Yseut .

Attache.gif (202 octets) LES OPPOSANTS

arrow32.gif (570 octets) Le nain Frocin est un personnage maléfique. Magicien plus qu'astrologue, il fait le mal par plaisir : "Il frémit de joie" (36) en voyant Tristan et Yseut enlacés la nuit du piège. Allié et complice des trois barons, il met en place les stratagèmes pour faire surprendre les amants par le roi. C'est lui qui dicte au roi la conduite qu'il doit tenir pour pouvoir organiser son guet-apens. Presuadé de l'innocence des intentions de Tristan et d'Yseut, Marc l'accuse de mensonge et pense même que c'est pour le ridiculiser qu'il lui a conseillé de se cacher dans le grand pin : il souhaite sa mort : "si je peux m'emparer de lui, je le ferai mourir par le feu" (26). Enfin, il trahit la confiance du roi en dévoilant aux barons le secret des oreilles du roi : ce qui cause sa perte : le roi le fait décapiter.

arrow32.gif (570 octets) Les trois barons félons, trio solidaire, ils ne sont individualisés que page 87. Ganelon, Denoalain, Godoïne, agissent toujours ensemble car en fait ils sont faibles et peu courageux. Béroul se plaît à nous rappeler leur lâcheté en ayant refusé de combattre le Morholt ou en refusant d'affronter Tristan en combat singulier. Il est d'ailleurs important de remarquer que lorsqu'ils sont séparés ils sont vulnérables : Ganelon est décapité par Gouvernal alors qu'il s'était aventuré seul dans la forêt du Morrois, Denoalain est tué par Tristan tandis qu'il chassait seul sur sur un sentier, la flèche de Tristan aura raison de Godoïne quand il épie le couple dans la chambre d'Yseut.

Ils éprouvent pour Tristan une haine sans limite et leur seul objectif est d'éloigner Tristan de la cour du roi Marc car ils le craignent : " Ils l'avaient pris en haine à cause de sa vaillance" (37) Aussi font-ils pression sur le roi pour qu'il se débarasse de son neveu, ils le harcèlent et comme le roi ne peut décider sans l'avis de ses barons, ils abusent de leur situation pour nuire à Tristan : ils conseillent au roi de ne plus l'accepter après sa fuite, ils insistent pour qu'ait lieu le procès d'Yseut. Fourbes, ils agissent sournoisement, dans l'ombre et laissent le nain Frocin agir. Ils font partie des losangiers ( flatteurs hypocrites) et feignent de laisser le roi en paix : " ... Nous qui faisons partie de vos fidèles, nous vous avons donné un conseil loyal. Puisque vous ne voulez pas le suivre, agissez selon votre guise. Désormais, nous nous tairons. Pardonnez-nous de vous avoir déplu" (88) et dés la page suivante Béroul leur fait dire qu"" ils chercheront des ennuis à leur seigneur, si l'affaire ne s'arrange pas" (89). Ils ont recours au chantage et menacent le roi de regagner leur château et de lui déclarer la guerre s'il refuse de chasser son neveu du royaume.

Personnages antipathiques, Béroul multiplie les malédictions contre eux. Tristan les ridiculise lors du passage du Mal Pas et le roi Marc se lasse enfin de leurs complots, les chasse de son château et malgré eux, il fait revenir Tristan pour le venger de ces félons. Enfin, les barons sont des perturbateurs, il sèment le désordre bien plus que Tristan : " Tristan est peut-être coupable mais il est dans l'anxiété. Vous ne vous souciez pas de ma tranquilité. Avec vous, je ne peux jamais être en paix..." (87)

arrow32.gif (570 octets) Le forestier délateur est certes ennemi de Tristan et d'Yseut, mais il pourrait obtenir quelques circonstances atténuantes car il nous semble que c'est plus par cupidité que par intention de nuire qu'il dénonce la cachette des amants. On sait que le roi a "fait crier le ban contre Tristan" (52) et que "celui qui livrera [les amants] au roi ... recevra cent marcs de récompense" (51). Aussi nous semble-t-il que c'est l'appât du gain qui est à l'origine de la délation.

Attache.gif (202 octets) LES ADJUVANTS

Les personnages qui défendent Tristan et Yseut et ceux qui sont leurs complices, appartiennent à toutes les catégories sociales : le peuple, les serviteurs, l'église, la noblesse, la chevalerie, la royauté. Il s'agit pour Béroul de prouver que le couple des amants, même si d'aucuns les reconnaissent  coupables, engendre la sympathie et leurs souffrances suscitent une pitié sincère : l'oeuvre de Béroul peut être lue comme un plaidoyer en faveur des amants.

button54.gif (172 octets)Les serviteurs dévoués:

arrow32.gif (570 octets) Gouvernal, maître d'armes et écuyer de Tristan, il veille fidèlement sur son élève et il lui est entièrement dévoué. Confident de Tristan, il est discret mais efficace. Toujours présent quand il a besoin de lui, il est une aide précieuse et indispensable pour sa survie. Lorsque Tristan est condamné au bûcher, il se précipite à son secours non sans avoir pensé à prendre l'épée de Tristan. Il l'aide à sauver Yseut des mains des lépreux. Complice du couple, il est présent le jour du jugement et prépare armes et chevaux pour les tournois. Ami sincère,  il sait donner de bons conseils à Tristan qui, sous l'impulsion de la colère veut agir sans réfléchir " ne vous précipitez pas ! Dieu pourra vous donner une meilleure occasion de vous venger." ( 43) Il partage la vie des amants dans la forêt du Morrois, joue le rôle de cuisinier et tue le baron Ganelon qui s'était aventuré dans cette forêt. Au cours des tournois, il transperce de son épée le forestier délateur.  Ainsi participe-t-il activement. à la vengeance des amants.

arrow32.gif (570 octets) Brangien est un personnage qui est moins présent et moins actif que ne l'est Gouvernal. De plus sa position à l'égard du couple est plus ambigüe. Confidente d'Yseut, elle se réjouit de l'issue heureuse de la scène du verger. C'est par amitié pour Yseut qu'elle a accepté de prendre sa place dans le lit du roi Marc le soir de leur mariage. Mais elle est aussi celle par qui le scandale est arrivé. En faisant boire par erreurà Tristan et à Yseut le philtre d'amour préparé par la reine d'Irlande pour sa fille et son futur époux, elle est une coupable innocente qu'Yseut ne manque pas d'accuser : " Voilà l'oeuvre de Brangien qui devait pourtant y prendre garde ! La malheureuse, comme elle m'a gardée... Ami Tristan, elle nous mit dans une triste situation celle qui nous fit boire à tous deux le breuvage d'amour ; il était impossible de nous tromper davantage." (69)

arrow32.gif (570 octets) Périnis est le page d'Yseut et il joue un rôle plus important que celui de Brangien. Dans la deuxième partie de l'oeuvre, après le retour d'Yseut au château du roi, il est l'intermédiaire entre les amants. De plus, il est l'ambassadeur d'Yseut à la cour du roi Arthur : devant le roi et ses chevaliers, il tient un discours qui les émeut et tous sont prêts à prendre les armes pour sauver l'honneur de la reine de Cornouailles.

button54.gif (172 octets)La noblesse

Le roi Arthur et ses chevaliers

arrow32.gif (570 octets) Le roi Arthur est tout acquis à la cause d'Yseut, il éprouve pour elle une affection et une admiration sans borne. Avant même que Périnis ait délivré son message, il déclare : " Je lui accorde tout ce que tu demandes" , " je suis son fidèle serviteur".Le message d'Yseut est accueilli avec tant de joie que le roi adoube Périnis et deux autres jeunes gens. Non seulement il se rendra au jugement avec ses chevaliers mais aussi espère-t-il que les barons félons seront punis pour leur méchanceté. Courtois, il escorte Périnis et tous deux "se quittent à regret"

arrow32.gif (570 octets) Les chevaliers de la Table Ronde, Gauvain, Girflet, Yvain, connaissent bien la haine des trois barons pour Yseut et sans aucune hésitation ils décident de prendre les armes pour les punir de leur perfidie. Par ailleurs, clairvoyants, ils ont bien compris que le roi Marc est faible et influençable.

arrow32.gif (570 octets) Dinas, baron de la cour du roi Marc, "le preux chevalier" ; "le baron exemplaire"(85), franc, loyal, habitué à se comporter honorablement " (83), il est tout le contraire des barons félons : il incarne la noblesse dans sa droiture et sa probité. Il préfère renoncer aux avantages de la cour du roi Marc et se retirer dans son château plutôt que de cautionner par sa présence l'exécution de Tristan et d'Yseut. Ami fidèle de Tristan il accepte de venir à son secours sitôt qu'il y aura besoin et il promet de veiller sur Yseut quand Tristan est condamné à l'exil.

button54.gif (172 octets)Le peuple

arrow32.gif (570 octets) Le forestier Orri offre non seulement l'hospitalité à Tristan quand il est condamné à l'exil mais il prend le risque de le cacher. Sans son intervention, Yseut n'aurait pu informer Tristan de ce qui se passait au château et elle n'aurait pu mettre en place la supercherie du jugement.

arrow32.gif (570 octets) Le peuple en foule intervient deux fois dans le texte de Béroul : au début, quand le couple adultère est condamné au bûcher, et lorsqu'Yseut réintègre le château après sa période d'exil dans la forêt du Morrois. Dans le premier cas, le peuple se révolte contre la décision arbitraire du roi. Même si Tristan et Yseut sont coupables, ils doivent être jugés avant d'être condamnés: " Sire, vous commetriez une horrible faute s'ils n'étaient pas jugés au préalable" (40).Par ailleurs, il admire Tristan qui est leur Héros : c'est lui qui les a libérés du Morholt : il est le sauveur de la Cornouailles. Aussi la condamnation de Tristan est-elle pour le peuple une injustice morale. Dans le deuxième cas, le peuple manifeste sa joie de retrouver sa reine. Béroul insiste sur le tumulte de la foule en liesse, sur le nombre, plus de 4000, et sur le soin apporté au décor de leurs maisons pour honorer la reine.

CONCLUSION

Nous pouvons constater que les adjuvants sont beaucoup plus nombreux que les opposants et en conclure que l'intention de Béroul est de soutenir les amants, d'autant que chacun des opposants connaît une mort violente. Ceux qui sont contre Tristan et Yseut sont les méchants et ils doivent être punis. A cet égard, l'attitude du roi Marc est révélatrice : même s'il accorde crédit à leurs propos, il fait tuer le nain,  il bannit les barons de sa cour et s'en remet à Tristan pour les supprimer : " A cause de leurs bavardages et de leurs mensonges, j'ai chassé mon neveu. Traiter avec eux ne m'intéresse plus. Bientôt Tristan reviendra et il me vengera de ces trois traîtres. Il les fera pendre." (90). Pouvons-nous dire pour autant que le roman de Béroul est immoral puisqu'il fait triompher l'adultère et la ruse ? Je ne pense pas. Il veut simplement faire triompher l'amour et émouvoir son public qui ne peut que prendre en pitié les amants pourchassés et empêchés de s'aimer. De plus, même si les barons disent vrai, ils n'agissent pas au nom de la morale mais au nom de leur intérêt personnel : ils ont peur que Tristan ne succède au roi Marc : c'est une haine jalouse qui les habite : le texte de Béroul peut être lu comme un réquisitoire contre la félonie.

 exit.gif (139 octets)