LES ORIGINES DE LA PIÈCE DE SHAKESPEARE

        Le sujet de la pièce de Shakespeare n'est pas nouveau loin s'en faut. Avant d'être le sujet d'une pièce de théâtre,il fut le sujet de textes narratifs. Le thème de l'amour clandestin en raison de l'inimitié des parents se trouve déjà chez Ovide (-42, +17 ) : il fait du récit de Pyrame et Thisbé dans le livre IV des Métamorphoses et l'on sait que Shakespeare connaissait bien et appréciait beaucoup Les Métamorphoses d'Ovide. 
         Dans Le Décaméron de Boccace(1350), on peut lire dans la dixième journée un récit au titre évocateur La morte vivante qui raconte comment Gentil de Carisendi arrache au tombeau la belle Catalina que l'on avait crue morte et enterrée et dont il était amoureux. Mais, hors ce motif de la " fausse mort", tout diffère de l'histoire de Roméo et Juliette : Catalina est mariée, enceinte, elle a toujours repoussé les avances de Gentil et lorsque Gentil la sauve de la mort en la retirant du tombeau, il la recueille chez lui, il reconnaît l'enfant qu'elle porte et qui n'est pas de lui, il la respecte et la rend à son mari.
         Plus tard, Masuccio di Salerno, avec son recueil Il novellino (1476) inspire La storia di due nobile amanti de Luigi da Porto (1524). L'action se passe non plus à Sienne mais à Vérone, et les prénoms sont changés : Mariotto devient Roméo et Gianozza devient Giuletta. Selon toute vraisemblance, la version qui inspira véritablement Shakespeare est la nouvelle de Matteo Bandello (1554) qui fut traduite en français par Pierre Boisteau (Boaistuau) en 1559), Histoire de deux amants dont l'un mourut de venin et l'autre de tristesse, à son tour traduite en anglais par William Painter sous le titre palace of pleasure et reprise par Arthur Brooke en 1562, sous le titre, The tragical history of Romeus and Juliet.

   
D'Ovide à Shakespeare :
    Thisbé est comme Juliette d'une beauté incomparable : elle "surpass[ait] toutes les jeunes filles" et comme Juliette, la force de son amour est telle qu'elle devient " audacieuse". La rencontre entre les deux jeunes gens est tout à fait prévisible chez Ovide puisque leurs maisons sont mitoyennes. Pyrame et Thisbé s'aiment depuis toujours et en grandissant cet amour devint de plus en plus fort mais l'inimitié entre leurs pères rendait leur union impossible aussi, pendant longtemps ils se sont contentés de s'apercevoir, amour muet d'abord, " En l'absence de confident, signes et gestes sont leur langage" puis grâce à une lézarde dans le mur mitoyen des deux maisons, les deux amants peuvent communiquer et échanger des serments. Cependant, l'amour est tel que ces échanges ne leur suffisent plus et ils élaborent une stratégie de fuite pour se retrouver. Nuitamment, chacun de leur côté, ils se dirigent vers le lieu de rendez-vous de leurs amours. Mais Thisbé, partie un peu avant Pyrame, doit se cacher dans une grotte car elle est poursuivie par une lionne qui avait déjà égorgé des boeufs. Dans sa précipitation, elle perd le voile sous lequel elle cachait son visage, voile que s'empresse de déchiqueter la lionne " à la gueule ensanglantée". Aussi, quand Pyrame aperçoit sur le chemin le voile ensanglanté de sa bien-aimée, il la croit morte et se suicide avec son épée. Quand Thisbé, sortie de sa cachette part à la rencontre de Pyrame elle découvre son corps sans vie et se suicide à son tour avec la même épée. 
    On trouve donc dans le récit d'Ovide les éléments principaux de l'histoire de Roméo et Juliette : un amour qui transgresse les interdits familiaux, la fausse mort, le double suicide. Le récit d'Ovide est bref et concis, il occupe environ 110 vers alors que la tragédie de Shakespeare, qui occupe un peu plus de 3000 vers, exploite beaucoup plus les thèmes dominants. Il met en scène de nombreux personnages parmi lesquels la nourrice, Frère Laurent, les mais de Roméo Benvolio et Mercutio. Le motif du coup de foudre, celui du mariage secret, de l'exil, de la vengeance, n'existent pas chez Ovide qui limite l'histoire de Pyrame et Thisbé à celle d'un amour impossible sublimé par la mort et immortalisé par le mûrier.

De da Porto à Shakespeare :
La tragédie de Shakespeare est très proche de la nouvelle de Da Porto. En effet dans ce récit, Roméo et Juliette se rencontrent à un bal donné par le père de la jeune fille, mais si Roméo est travesti en jeune fille, il ôte son masque et se fait reconnaître. En revanche, la haine entre les deux familles n'est plus à l'ordre du jour, une paix relative règne entre les deux familles ce qui explique que Roméo ne soit pas exclu du bal. Le coup de foudre entre les deux jeunes gens est immédiat et pendant plusieurs jours, Roméo va nuitamment se réfugier sous le balcon de la chambre de Juliette sans qu'elle ne s'en aperçoive pas d'abord. Puis les amants s'entretiennent chaque soir et décident de se marier en secret. Frère Laurent, ami de Roméo, organise leur union dans un confessionnal. Juliette, comme le frère Laurent, pense que cette union scellera définitivement la réconciliation des deux familles et patiemment elle attend le moment opportun pour présenter son mari à son père. Mais une querelle de rue ravive la haine entre les deux familles et Roméo, qui dans un premier temps se tient à l'écart de l'affrontement, se sent obligé de soutenir ses valets et tue le cousin de Juliette. Il est condamné à l'exil à Mantoue et doit quitter Juliette qui est inconsolable. Sa mère qui ignore tout des raisons du chagrin de sa fille s'imagine qu'elle a envie de se marier et qu'elle n'ose le demander. Aussi son père lui trouve-t-il un mari pour la distraire de sa tristesse. Mais devant le refus de sa fille il décide de la marier au plus vite. Pour échapper au parjure, Juliette va demander de l'aide à Frère Laurent qui lui propose de boire un narcotique. Juliette consigne dans une lettre destinée à Roméo toute la stratégie mise en place. Mais le frère chargé de remettre la lettre à Roméo trouve par deux fois porte de bois aussi, quand son serviteur Pierre lui apprend que Juliette est morte, il se précipite à Vérone, ouvre le tombeau, se glisse auprès de Juliette et boit un flacon de poison. Mais Juliette se réveille avant que le poison n'ait fini de faire son effet, après un quiproquo, elle reconnaît Roméo, elle lui explique ce que la lettre aurait dû lui apprendre. Avant de mourir Roméo demande à Juliette de vivre au nom de leur amour mais elle ne peut s'y résoudre et elle se suicide par asphyxie. On retrouve la quasi totalité des personnages de la pièce de Shakespeare, hors Benvolio et Mercutio, et si la nourrice n'existe pas, la présence d'une jeune servante attachée au service de Juliette, très affectée par "la fausse mort" de Juliette l'annonce. Shakespeare n'a pas retenu l'ultime échange entre Roméo et Juliette dans le caveau familial. Cet épisode chez Da Porto paraît très invraisemblable et décrédibilise en quelque sorte le pathétique des derniers adieux.

De Brooke à Shakespeare :
    L'histoire de Roméo et Juliette fait l'objet d'un long poème de 3020 vers  Comme dans la nouvelle de Bandello, l'action se situe en hiver, au moment de Noël et s'étend sur neuf mois. En effet Roméo rencontre Juliette au cours d'une fête donnée à Noël par la famille Capulet. C'est un coup de foudre immédiat et réciproque. Pendant deux semaines, chaque nuit Roméo se rend sous la fenêtre de Juliette avant de pouvoir lui parler. Juliette est prête à quitter sa famille pour épouser Roméo et réciproquement. Le mariage est orchestré en secret par Frère Laurent qui dans un premier temps avait insisté pour qu'ils soient patients et attendent des circonstances plus favorables. Pendant deux mois le jeune couple se retrouve chaque nuit grâce à la complicité de la nourrice. Mais le bonheur du couple prend fin le lundi de Pâques, jour où éclate une querelle entre les Capulet et les Montaigu, querelle provoquée par Tybalt. Roméo y prend part et tue Tybalt.... on connaît la suite. 
On constate donc que Shakespeare a fait preuve de concision puisque l'action se déroule sur cinq jours, ce qui participe à l'intensité dramatique et évite de diluer les moments clés dans un foisonnement de détails et d'actions secondaires. C'est sans doute pour cette raison d'une part et le choix de l'écriture théâtrale d'autre part que la postérité n'a retenu que la tragédie de Shakespeare. 
    Outre la gestion de la durée de l'intrigue, Shakespeare apporte quelques éléments nouveaux :
    La jeune femme dont est éprise Roméo avant de rencontrer Juliette est  nommée, il s'agit de Rosaline.
    Shakespeare introduit le personnage de Mercutio, personnage qui oppose à Roméo une conception beaucoup moins idéalisée, abstraite et désincarnée de la relation amoureuse mais aussi personnage qui permet à Shakespeare de ménager un coup de théâtre sans précédent. En effet, dans le poème de Brooke, comme dans les nouvelles antérieures, Roméo est banni pour avoir participé à une bataille de rue qui opposait les Capulet et les Montaigu ( les Capelletti et les Montecchi). Or chez Shakespeare, Roméo est banni pour avoir vengé la mort de son ami : la cause de la mort de Tybalt est donc tout à fait différente.
    Lorsque Roméo arrive au cimetière de Vérone, il est surpris par Paris, les deux hommes se battent, Paris est tué. L'altercation entre les deux rivaux n'est pas sans intérêt puisque Shakespeare, comme dans l'affrontement avec Tybalt, confirme les intentions non belliqueuses de Roméo, qui d'ailleurs n'identifie Paris qu'une fois mort et que par ailleurs il ne connaissait  comme prétendant de Juliette que par ouï dire.
Comparaison des deux arguments

the argument (poème de Brooke) Prologue de la pièce de Shakespeare
Love hath inflaméd twain by sudden sight,
     And both do grant the thing that both desire
     They wed in shrift by counsel of a friar.
     Young Romeus climbs fair Juliet's bower by night
.
Three months he doth enjoy his chief delight.
     By Tybalt's rage provokéd unto ire,
     He payeth death to Tybalt for his hire.
     A banished man he 'scapes by secret flight.

New marriage is offered to his wife.
     She drinks a drink that seems to reave her breath:
     They bury her that sleeping yet hath life.

Her husband hears the tidings of her death.
     He drinks his bane. And she with Romeus' knife,
When she awakes, herself, alas! she slay'th.
Deux anciennes Maisons d'égale dignité
Dans la belle Vérone où se tient cette scène
Font un nouvel éclat de leur antique hargne
Le sang civil salit les mains des citoyens

Or dans le sein fatal de ces deux ennemis
deux amants prennent vie sous la mauvaise étoile
Leur malheureux écroulement très pitoyable
Enterre en leur tombeau la haine des parents

Les terribles moments de leur amour mortel
Et l'obstination des rages familiales
Que rien sinon la mort des deux enfants n'apaisera
Pendant deux heures nous le jouerons sur ce théâtre

Et si vous nous prêtez une patiente oreille
Tout défaut, notre zèle le rachètera

Dans son sonnet inaugural, Brooke résume son poème : le coup de foudre réciproque de Roméo et de Juliette, leur mariage secret, les rencontres nocturnes, le terme du bonheur par la provocation de Tybalt qu'il paie de sa mort, le bannissement de Roméo,  l'absorption du narcotique pour échapper au projet de mariage orchestré par les parents de Juliette, l'annonce de la mort de Juliette, le suicide de Roméo par poison et le suicide de Juliette avec le couteau de Roméo. Contrairement à Shakespeare, Brooke ne fait pas référence au lieu de l'action ni à la haine qui oppose les deux familles, haine qui joue un rôle capital dans l'histoire de Roméo et Juliette. Rien non plus sur la fatalité extérieure qui s'abat sur le couple, victimes sacrifiées à l'autel de la discordance et contraintes de subir un destin qu'elles n'ont pas choisi.