Plan de l'espace des élèves

Correction des copies

Travaux d'écriture

Lexiques pour étudier les oeuvres

Etude de folle,nouvelle de Maupassant

Galerie de photos 

                                       

 

pencil2.gif (3208 octets) MISE à JOUR LE 09 / 05

DES FAUTES COMMISES ; DES FAUTES A EVITER

 

           Trop souvent vous êtes déçus par la note qui figure sur votre devoir, d'autant plus déçus que vous aviez travaillé un temps certain, que vous aviez compris le sujet et que votre argumentation était rigoureuse. Les grands responsables de la modestie de votre note ? : l'orthographe et le style. Avant de sombrer dans l le plus noir des découragements, prenez le temps d'essayer d'appréhender ces deux monstres qui se laissent apprivoiser assez facilement, pour peu qu'on leur prête un peu d'attention !

             Le jour de l'examen, sur les 20 points, 1/4, au moins sont attribués pour apprécier la qualité de votre expression. Il est donc important que :

          1) Que vous chassiez de votre copie tout ce qui se nomme : barbarisme ( impropriété de langage ou déformation d'un mot) solécisme( incorrection syntaxique), incorrections grammaticales, maladresses d'expression.

        2) Que vous évitiez d'écrire des phrases trop longues, qui le plus souvent sont mal gérées parce que trop complexes.

        3) Que vous évitiez les fautes d'orthographe : la consultation d'un dictionnaire est indispensable pour les devoirs faits à la maison et de plus, de nombreuses fautes peuvent être évitées en ayant recours à des petites astuces (je vous en donnerez quelques unes) et peuvent être corrigées par une relecture consciencieuse( à voix haute quand c'est possible).

        4) Enfin, si " Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement /et [si] les mots pour le dire viennent aisément " , selon la formule de Boileau, assurez-vous avant d'écrire que votre pensée est claire et précise. La précision et la concision sont les qualités nécessaires pour bien se faire  comprendre ( pensez de temps en temps à votre correcteur qui risque de se lasser de jouer aux devinettes en lisant votre devoir ou qui va devoir rétablir les pièces manquantes du puzzle de votre écriture tant vous avez oublié de mots !!)

 

         Pour vous aider à vous corriger, j'entreprends de répertorier les diverses erreurs que je rencontre dans les copies de mes élèves et qui se trouvent peut-être aussi dans les vôtres, afin que vous évitiez de les reproduire. Ce sont eux qui ont fait la correction qui vous est proposée : merci à eux, élèves de 1ère L, ES, S ) Cette page progressera donc au cours de l'année scolaire au rythme des corrections de leurs devoirs.

               Attache.gif (202 octets) I LES EXPRESSIONS A ÉVITER

               Attache.gif (202 octets) II LES PONCTUATIONS A BANNIR

               Attache.gif (202 octets) III LES FAUTES D'ORTHOGRAPHE RÉCURRENTES

               Attache.gif (202 octets) IV LE BÊTISIER DU STYLE

pencil.gif (1476 octets)

                     LES EXPRESSIONS A EVITER

             arrow32.gif (570 octets)Trop de familiarités se lisent dans vos copies : il faut distinguer la langue écrite de la langue parlée et si telle expression est tolérable, même en cours, elle est proscrite dans vos devoirs : par exemple, vous direz que le père de Jeanne ( "une Vie" de Maupassant) est "vieux jeu" mais vous écrirez qu'il est "d'un autre temps"

         ON N'ECRIT PAS        ON ECRIT

            Parler par derrière     Parler à mots couverts

            Parler dans le dos des gens      "Parler de loin" ( La fontaine " L'homme et la couleuvre)

            Marmonner dans sa barbe    Murmurer, bredouiller

           Dire ce qu'on a sur le coeur     Dire ce que l'on pense

            Crever l'abscès     Dissoudre un malentendu

            Parler droit dans les yeux     Parler franchement, honnêtement.

            Parler à tort et à travers     Parler sans rigueur, en dépit du bon sens.

            Dire n'importe quoi     Tenir des propos insensés.

           Baisser les bras     Abdiquer, se décourager

            Etre bien, ou mal, dans sa peau     Etre bien, mal ; ressentir un bien-être, un malaise

            Se mettre dans la peau d'un personnage      S'identifier à un personnage.

            L'idée ne colle pas à la réalité              L'idée ne coïncide pas avec la réalité

            Des fois, le temps de la narration....         Parfois, le temps de la narration.

            Développer de long en large ....         Développer exhaustivement.

            Le roman tourne autour de Jeanne .....  Le thème dominant du roman est le personnage de Jeanne.

            Dans un chapitre, 22 ans passent d'un coup.....  Dans un seul chapitre, la durée fictionnelle est de 22 ans.

            L'auteur insiste lourdement .... L'auteur insiste particulièrement..

            La vie de Jeanne a des hauts et des bas ...  La vie de Jeanne oscille entre des périodes de bonheur et des périodes de malheur.

            Rosalie tombe enceinte.... Rosalie est enceinte.

            Jeanne sui le même chemin que tante Lison... L'évolution de Jeanne est comparable à celle de tante Lison.

            Jeanne part au devant d'une descente aux enfers ... Jeanne commence sa descente aux enfers

            Julien est un exemple de taille... Julien est un exemple pertinent ( ou éloquent)

            Maupassant dresse dans Une Vie différentes cruautés... Maupassant, dans Une Vie, offre le tableau de diverses cruautés

            La comtesse veut récupérer son mari ...La comtesse veut reconquérir son mari

            Elle se monte contre son mari....Elle lutte contre son mari

            Le comte veut conclure avec Suzanne .... Le comte veut faire de Suzanne sa maîtresse

            L'auteur nous plonge dans un autre univers ....L'auteur nous entraîne....

            Il montre du doigt ... Il désigne

            L'auteur fait bouger le lecteur ... L'auteur fait réagir...

            Manque de chance..... Malheureusemant ; par malheur

            Il met en avant... Il privilégie

            La subjectivité saute aux yeux... La subjectivité est évidente

            La société est visée ... La société est concernée

            Tirer des morales ... Déduire des morales

            Ne pas avoir mis les pieds .... ne pas être allé

            Il faut prendre le dessus....il faut surmonter

            Ce n'est pas sa tasse de thé.....ce n'est pas de son goût ; cela lui déplaît

            Je voudrais vous toucher quelques mots .....Je voudrais vous entretenir de... ; je voudrais vous parler de...

            J'ai eu des remontées ..... J'ai eu des échos

            Il s'est fait avoir.....il a été dupé, abusé

            Le lecteur se rabat sur n'importe quoi.....le lecteur est contraint, se contente, de lire n'importe quoi.

            L'auteur met en avant.....l'auteur privilégie, insiste

            rouspéter .... réprimander

           La fable est rigolote ....la fable est amusante

           On ressort une morale de la parabole.....La parabole a un but didactique

            On ne fait pas la fine bouche.... On est difficile, exigeant

            Nous mitigerons notre point de vue .... nous nuancerons

            Nous avons eu des remontées... Nous avons eu des échos

           Vous n'avez jamais mis les pieds... Vous n'êtes jamais allé

        Don Juan embobine les femmes ....Don Juan manipule les femmes.

        Don Juan ne se marie pas à tout bout de champ.... Don Juan est "un épouseur à toutes mains"

Dans cette époque..... à cette époque

Le théâtre permet de se relâcher.... Le théâtre permet de s'évader

On oublie son train-train quotidien.... on oublie le quotidien ( ses habitudes, les routines...)

On s'intègre facilement dans l'histoire.... on se sent concerné ( intéressé)

Harpagon se met tous les personnages à dos...... Harpagon est en conflit avec... ( s'oppose à....)

La mort est présenté d'une façon émotive.... la mort est présentée avec émotion

On se plonge dans une histoire différente de la nôtre.... on s'investit ( découvre...)

On va au théâtre à titre didactique.... on va au théâtre pour apprendre... le théâtre a un but didactique

de mon côté, je vais au théâtre.... en ce qui me concerne, je vais au théâtre...

C'est un dialogue sans queue ni tête.... c'est un dialogue absurde ( sans logique apparente....)

Les pièces de théâtre inculquent une morale..... elles ^proposent ne morale

On est tout de suite au parfum....on sait tout de suite de quoi il s'agit

Le lecteur a un sentiment d'espoir....Il espère

oedipe panique... Oedipe s'affole ( prend peur)

Des fois.... parfois

Done Elvire se tue à prévenir Don Juan..... elle s'efforce de.. elle s'ingénue à...

Le spectateur peut passer par le cinéma pour subvenir à ses besoins.... le spectateur peut aller au cunéma por satisfaire ses attentes ( combler, répondre à ....)

Le théâtre peut cumuler trois centres d'intérêt... il peut poursuivre ...

Le théâtre joue une place importante... occupe...

Le théâtre nous remonte le moral.... il nous détend

On met la réalité de côté...  on oublie la réalité ( occulte)

la diction est pointue... elle est appropriée

L'intrigue est basée sur...  elle repose sur...( fondée...)

Il insiste lourdement .... il insiste avec obstination

Il ne laisse planer aucun doute.... aucun doute ne demeure

Don Juan est un homme à femmes.... il est séducteur, il multiplie les conquêtes amoureuses

Il se met en avant.... il se vante, il s'impose

Il se met en dehors du dialogue.... il s'exclut du dialogue
Une argumentation en bloc..... une argumentation soutenue, massive
Des arguments bidons....de faux arguments
Des arguments défectueux....des arguments non valables
La Fontaine fait passer une morale aux humains.... La morale s'adresse aux hommes
C'est un thème au goût du jour.....c'est un thème d'actualité
La vieillesse ne laisse rien passer ....la vieillesse est
intransigeante
Le chat prend la souris de haut.....le chat dédaigne, méprise la souris
Un argumentaire cousu d'exemples....un argumentaire illustré
Le chat n'est pas né de la dernière pluie...le chat n'est pas dupe
Elle fait mine de conseiller le chat....elle feint de conseiller le chat
Ses arguments ne marchent pas avec le chat....ses arguments sont inefficaces, irrecevables, stériles
Il ne se laisse pas avoir...il ne se laisse pas piéger
Son argumentaire la conduit à la faillite suite à sa vanité.... sa vanité est responsable de la faillite de son argumentaire
L'air de rien...discrétement

 A SUIVRE...

           arrow32.gif (570 octets)Les clichés ( ou expressions banales parce que trop usées) sont à éviter:

            Pour commencer une introduction interdissez-vous des expressions telles :

            Depuis la nuit des temps, depuis que l'homme existe, depuis que le monde est monde, de tout temps, de toute éternité, de l'antiquité à nos jours, à l'aube du troisième millénaire, ( je devance le 1ier janvier 2001) , en ce début de troisième millénaire.

            Pour exprimer la notion d'intemporalité vous pouvez écrire : TOUJOURS

            Pour exprimer un thème souvent étudié, vous pouvez écrire : Le thème de l'amour est Récurrent en poésie

            Pour évoquer l'évolution d'un genre, vous pouvez écrire : CONTRAIREMENT aux romanciers du XVIIIème siècle, Emile Zola ....

Les décors fleurissent la pièce... agrémentent

            A SUIVRE....

 

                arrow32.gif (570 octets)L'intrusion de la langue orale

            " Eh oui !" ; "Et bien" ; ma foi" ;  "Alors ça" sont autant d'interjections qui ne doivent pas apparaître dans vos devoirs. Préférez :

            CERTES ; CERTAINEMENT; ASSUREMENT.

            Vous ne devez jamais interpeller votre lecteur : "Voyez-vous" ; "Que pensez-vous de..." ; "Imaginez-vous"

            " Bref" doit être remplacé par : " En somme"

            "C'est bel et bien un conte philosophique" doit être corrigé par : C'est de toute évidence un conte philosophique, il est incontestable qu'il s'agit d'un conte philosophique.

        arrow32.gif (570 octets)Ne confondez pas

           La personnalisation et la personnification : La personnalisation consiste à donner une note personnelle à un objet.... ; la personnification est une figure de style qui parle d'un objet, d'un animal, d'une idée... comme d'une personne

            L'avancement et la progression : L'avancement des travaux ( = la progression des travaux) ; la progression du texte ( les différentes étapes chronologiques du texte)

           La longévité et la longueur : La longévité ( la durée de la vie) de l'homme progresse ; La longueur des strophes est inégale.

           Se souvenir et commémorer : Jeanne se souvient de son voyage de noces ; le 14 juillet commémore la prise de la Bastille.

            Grâce à et à cause de Grâce  à ( exprime le moyen, la cause favorable) son courage il réussit à vaincre ; à cause de la pluie, il a dû rentrer

           Le terme et les thermes : Le terme ( = le substantif) " thermes", désignait les bains publics dans l'antiquité.

            La satire et le satyre : La satire( = la critique moqueuse) des satyres ( = hommes cyniques et débauchés) est évidente.

        Un corps sain et un saint homme

       Autant de préjugés au temps de Montaigne

        Davantage et il jouit d'avantages professionnels

Le déguisement de carnaval et le costume de théâtre.

Les fondations d'une maison et les fondements de la pensée

Or, il arriva en retard et hors du temps

Les enfers , lieu où résident les morts dans l'antiquité et l'enfer, lieu qui accueille les âmes des damnés selon la religion.

Les décorations de Noël et les décors de théâtre

Dom Juan, le titre de la pièce de Molière et Don Juan, le personnage de la pièce;

arrow32.gif (570 octets)Les termes et les expressions vagues.

            Le substantif "chose"  et la formule verbale "il y a" sont en tête du hit-parade, suivent de près : "quelque chose", "quelqu'un". Il faut que votre discours soit le plus précis possible aussi vaut-il mieux écrire :

            Tant d'EVENEMENTS ( tant de choses) ; Les FAITS ( lutter contre ces choses) ; des ACTES ( faire des choses interdites) ; un  SPECTACLE ( le théâtre est une chose qui ...) ;

            LA POESIE NOUS INVITE A LA REFLEXION ( la poésie est quelque chose qui nous fait réfléchir) ; DES FAITS ( il y a quelque chose qui dérange...) DERANGENT.

            UN HOMME( quelqu'un qui nie ...), UN AUTEUR quelqu'un qui écrit). De même, vous pouvez remplacer les périphrases : celui qui écrit des romans, des poésies, du théâtre, des nouvelles, celui qui travaille pour un journal, par : LE ROMANCIER, LE POETE, LE DRAMATURGE, LE NOVELLISTE, LE JOURNALISTE.

            CERTAINS JOURS IL EST préférable (il y a de jours où il est préférable) ; DES GENS PENSENT (il y a des gens qui pensent) ; CERTAINES OEUVRES SONT engagées (il y a des oeuvres qui sont engagées) : à chaque fois dans une phrase vous employez "il y a", transformez le cod en sujet de la phrase et supprimez le pronom relatif : (il y a) des épreuves (qui) sont difficiles.

           

            A SUIVRE...

        

                LES PONCTUATIONS A BANNIR

            En aucun cas, vous ne devez user :

            Des parenthèses (...) ; des points de suspension : [...] ; de la formule "etc..." ; des points d'interrogations [?] et des points d'exclamation [!] quand ils ont pour but de susciter une réaction chez le correcteur : exemple : " Il faut oser dénoncer les violences sinon elles seront impunies !! ??"

            N'abusez pas des points-virgules [;] : ils servent à ralentir le rythme d'une phrase, non à la conclure et surtout, ils ne remplacent pas une virgule : exemple : "Je considère que le silence est parfois préférable à la parole ; surtout quand nous ne sommes pas sûrs de savoir la vérité." le point-virgule doit être remplacé par une virgule.

            Toute citation doit être mise entre guillemets ["..."]

        A SUIVRE

           

                      LES FAUTES D'ORTHOGRAPHE RECURRENTES

             arrow32.gif (570 octets)Inventaire des fautes les plus souvent commises et les plus faciles à corriger.

            "Language'" appartient au langage anglais.

            Le public applaudit ces acteurs, de notoriété publique, assis sur des bancs publics.

           Il se surprend à aimer ce livre et ce n'est pas étonnant tant il est passionnant

           Rimbaud a commencé à écrire très jeune

            L'agression dont il a été victime a aggravé ses blessures

            Quant à parler de son voyage quand il était au Brésil...

            Quant aux examens, ils faut les appréhender avec sérieux.

           Les termes pour évoquer les thermes appartiennent au lexique de la cure médicale.

            va-t-il ? Je ne sais, à Londres ou à Paris

            Il n'avait pas d'avantages à travailler plus mais il apprenait toujours davantage.
   
         Elle aura acquerri de la sagesse... elle aura acquis de la sagesse

Cas particuliers : rejeter : ils rejettent mais ils rejetaient ( de même pour appeler : j'appelle mais nous appelons.)

                        Convaincant : adjectif : il est convaincant dans son discours

                        Convainquant : participe présent ( ou gérondif) : En convainquant par son discours...

                        Fatigant : adjectif : Cet enfant est fatigant ( une fille fatigante)

                       Fatiguant : participe présent ( ou gérondif) : Fatiguant l'assemblée, le mauvais orateur s'est retrouvé seul.

 

   arrow32.gif (570 octets)Méfiez-vous des paronymes ( termes qui ont une prononciation très voisine)

         Il est important de se libérer de cet importun

            Dans la conjoncture actuelle, il est difficile de faire des conjectures.

           L'avènement du réalisme fut un événement littéraire

             De funestes oracles sont la cause de cette soirée funèbre.

      Le compte en banque de monsieur le comte a fait l'objet d'un conte fantastique.

        Lise est nommée de différentes manières ; l'acteur est nominé aux Oscars

           En temps de guerre ; en tant qu'élève....

                La paresse est un vice ; il manque une vis à mon bureau

                La trompette résonne et l'élève raisonne

           

        A SUIVRE.

    

         LE BETISIER DU STYLE

                   arrow32.gif (570 octets)Mieux vaut en rire !

                                 " Une tragédie à l'eau de rose"

                                " Par le billet du roman" ( biais)

                                "Les enfants sont friands d'animaux"
                                " La fontaine met en seine"

                arrow32.gif (570 octets)Les expressions maladroites

                "   Le silence est bien d'or" ( le proverbe "le silence est d'or" se trouve justifié)

                             " Tout est axé sur le thème du jeu" : Le thème du jeu domine la nouvelle.

                                La gradation se découpe en deux parties : la gradation évolue en deux temps.

                                Les fables s'alimentent de vers et de rimes : la fable peut être en vers

                            arrow32.gif (570 octets)Les impropriétés de langage

                " La communicabilité entre les hommes" ( La communication)

                " L'incommunication" ( l'absence de communication)

                " Interlocuter" ( Prendre pour interlocuteur)

                    " L'inaffection" ( l'absence d'affection)

                    " La proximation" ( l'approximation)

                    " L'indéfinition" du personnage ( l'absence d'identification du personnage)

                    " l'inimportance" : l'absence d'importance

                    Les émissions cultivantes"  : les émissions culturelles

                    Le texte donne à réfléchir et non pas le texte laisse à réfléchir

                    La morale vient débuter la fable : la morale inaugure la fable

                    La fable est sujette à de nombreux débats... La fable est l'objet de nombreux débats

                    La réflection pour la réflexion

L'implacabilité

la grandisoité.... la grandeur

La méprisance... le mépris

le repentiement... le repentir
La maigritude pour la maigreur
La morale est inexplicite...la morale est implicite

                arrow32.gif (570 octets)Les oublis incongrus

                "On leur a tous refusé sauf aux Blancs" ( on a refusé à tous sauf aux Blancs)

                arrow32.gif (570 octets)Les redondances inutiles (ou pléonasmes)

                " Voire même" ( "voire" du latin "verus" signifie : " et même")

                "C'est bien plus pire" ( "pire" est la forme superlative de l'adjectif "mauvais" : à ne pas confondre avec "pis" forme superlative de "mal" : aller de mal en pis)

                " Car en effet"

                "Le silence est nécessaire mais cependant" ( cependant marque aussi l'opposition)

                " De cette argumentation il en résulte" ( "en" , pronom qui signifie aussi " de cette argumentation")

                " Un exemple concret aide à la compréhension" ( le propre de l'exemple est d'illustrer concrètement une idée abstraite)

                " Le silence n'est pas un remède comme par exemple pour les enfants maltraités" ( le silence n'est pas un remède, par exemple pour les enfants maltraités ou comme le démontre la situation des enfants maltraités)

                arrow32.gif (570 octets)Les syntaxes fautives

                "Entre ces deux dates, 29 ans s'est écoulé..." Entre ces deux dates, vingt-neuf ans se sont écoulés*

                                L'univers n'est pas très cruel que cela ... L'univers n'est pas si cruel...

                            " Donc pourrions-nous en conclure"... Donc nous pourrions conclure..

                           Ainsi ( aussi) il faut être attentif... Ainsi ( aussi) faut-il être attentif...

                  " C'est les élèves qui lisent" ... Ce sont les élèves qui lisent

                Dans une phrase négative vous ne pouvez pas faire l'économie de la particule "ne" et, trop souvent, elle est oubliée :

                " On est pas certain" : si à l'oral votre oubli passe inaperçu par le jeu de la liaison, à l'écrit, ce n'est aps le cas : on n'est pas certain

                " Il s'en est aperçu que quelques mois plus tard" (il ne s'en est aperçu que quelques mois plus tard)

                " Il vaut mieux rien dire" (il vaut mieux ne rien dire)

               L'absence de préposition ou le mauvais emploi d'une préposition est récurrent :

                " Il vaut mieux se taire qu'avoir à payer une amende" ( il vaut mieux se taire que d'avoir à payer une amende)

                " Il se décide de parler " ( il se décide à parler)

                " Il pense d'achever son travail" (il pense à achever son travail)

                " Il pallie au manque de description" ( il pallie le manque de descriptions)

                " La télévision tente à remplacer..." La télévision tente de remplacer...

                    J'apprends à lire et j'apprends de mes amis que...

La scène est différente aux autres..... elle est différente des autres

           L'emploi incorrect du pronom relatif :

            Lison est un meuble dont on ne prête plus attention : Lison est un meuble auquel on ne prête plus attention.

            Quel ( le)l / qu'elle / quel que / quelque ( s)

            Quel : déterminant interrogatif ou exclamatif : Quel beau temps ! ; quelle robe vais-je mettre ?

            Qu'elle : conjonction de subordination + pronom personnel : je veux qu'elle vienne ce soir.

            Quel que : suivi d'un verbe attributif au subjonctif : quel que soit le motif, il faut s"excuser.

            Quelque (s) : déterminant indéfini : j'ai besoin de quelque argent ; quelques livres sont sur la table.

        L'ordre des mots dans la phrase

            Le narrateur insiste sur la vision des autres de Lison : Le narrateur insiste sur le regard que les autres personnages portent sur Lison.

                lightmov.gif (844 octets) Les pièges à éviter :

                   Je crois quelqu'un, quelque chose mais je crois en lui et je crois à la science.

                    Je me souviens de quelque chose, de quelqu'un mais je me remémore, je me rappelle quelqu'un ou quelque chose

                La coordination a ses exigences : les termes coordonnés doivent être de même nature, deux substantifs, deux verbes, deux adjectifs.. et avoir la même fonction syntaxique dans la phrase : vous ne pouvez pas coordonner un complément de lieu et uncomplément de temps : vous ne pouvez écrire : "il va à Paris et souvent" mais vous devez écrire : "il va à Paris souvent"

                " Au niveau affectif et de la conscience" ( en ce qui concerne l'affectivité et la conscience)

                "Parler, c'est oser dire et franchement ce que l'on pense." ( parler c'est oser dire franchement...)

                A SUIVRE

 

Si vous voulez faire part de vos difficultés aux élèves ou au contraire leur proposer des "recettes", vous pouvez leur écrire, ils vous répondront .enveloppeanim2.gif (9629 octets)

exit.gif (139 octets)

          Travaux d'écritures

   Dans le cadre de l'étude d'un groupement de textes sur "l'éloge et le blâme", nous nous sommes livrés à la réécriture de l'éloge du tabac fait par Sganarelle dans Dom Juan de Molière :

       L'éloge du tabac selon Sganarelle ( I, 1) :

    " Il n'est rien d'égal au tabac : c'est la passion des honnêtes gens et qui vit sans tabac n'est pas digne de vivre. Non seulement il réjouit et purge les cerveaux humains, mais encore, il instruit les âmes à la vertu. [...] Le tabac inspire des sentiments d'honneur et de vertu à tous ceux qui en prennent."

        Le blâme du tabac selon les élèves de premières L

    " Il n'est rien de pire que le tabac : c'est le poison des poumons et des gens inconscients et qui vit avec le tabac s'achète sa place aux Enfers. Non seulement le tabac est une drogue qui jaunit les dents, empeste l'haleine, encrasse les bronches, asphyxie les cerveaux, mais encore, il condamne à la dépendance, annihile la volonté et ruine l'âme. [...] Le tabac inspire des sentiments misérables de dégoût et de répugnance à tous ceux qui malgré eux le respirent."

                A suivre.......

Galerie de photos

Dans le cadre de l'objet d'étude " théâtre et représentation", les élèves ont dû jouer une scène de leur choix, extraite de Dom Juan, de Molière. Ces mises en scène ont clos la séquence.

exit.gif (139 octets)